Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Eclairage sur une pratique de la musique 2 (màj.2016)

Je joue et je compose de la musique depuis 25 ans. J’ai participé à pas mal de projets divers et variés sur les 20 dernières années (groupes, collectifs, collaborations, live, studio ...). Pour le bonheur de mes voisins, j’ai un petit home-studio dans mon salon. J’investis le maximum de temps et le minimum d’argent nécessaires à son bon fonctionnement. Ayant un peu pris mes distances depuis quelques années avec des pratiques "fixées/cloisonnées/exclusives" de la musique, je fonctionne actuellement au plaisir des rencontres, des opportunités et des occasions, sur des projets qui correspondent au feeling et aux envies du moment, sans plan de carrière ou autres perspectives à long terme.

Je fais tout cela de manière totalement désintéressée pécuniairement. J’ai en moi des « trucs » qui vibrent en permanence : du rythme, de l’harmonie, des mélodies, des sons, des ambiances sonores. Il faut que cela sorte, c’est absolument vital ! Savoir que, grâce aux technologies actuelles (informatiques, réseaux), cette partie de moi, cette expression profonde, cet intime, peut circuler instantanément, et peut, à n’importe quelle moment, faire vibrer quelqu’un, quelque part, et tout cela sans intermédiaires, sans industrie du disque, sans agents, sans plan de com’, sans marché, est en soi, un bonheur extrême, et participe à rendre ma vie plus libre, pleine et heureuse.

Les maisons de disque et l’industrie du disque ne servent à rien dans le processus créatif, si ce n’est à brider et à orienter. Les maisons de disques ne servent à rien, si ce n’est à formater et à calibrer. Les maisons de disques ne servent à rien si ce n’est à faire du bénéfice et à dégager du cash pour leurs actionnaires. Nous pouvons donc les brûler en toute tranquillité, les compositeurs continueront de composer, les musiciens continueront de jouer, la musique ne s’arrêtera pas … au contraire … elle sera plus libre !

Personne ne pourra m’obliger à entrer dans un système que j’exècre, ni ne pourra me forcer à jouer le jeu du fric, du capitalisme et de la société du spectacle. Personne ne pourra m’obliger à « vendre » mes tripes, ni mon « sens artistique » (pour peu que l’on puisse utiliser cette tournure pompeuse pour désigner mes bricolages sonores et mes pratiques instrumentales), je veux les partager avec qui le voudra, gratuitement, librement, simplement. Je suis aujourd’hui pleinement satisfait artistiquement, et je peux laisser s’exprimer pleinement mes envies multiples, sans barrières, ni codes, ni contraintes, ni pressions. C’est ça le meilleur moteur et la plus grande source d’énergie. Si l’on ajoute à cela telles rencontres ou tels liens avec des artistes de tous horizons et de toutes influences ayant en commun cette volonté d’ouverture, de partage, de liberté, de collectif et d’échange, alors je me rends compte que j’atteins une sorte de « plénitude artistico-musicale » dans laquelle je me sens bien, libre et en harmonie. Tout cela sans que les notions d’argent, de rentabilité, de format ou encore de « satisfaction client » ne viennent perturber ma sérénité ni modifier et troubler l’expression de mes envies musicales multiples.

Je ne fais pas de la musique pour gagner de l’argent et être riche « pécuniairement », je fais de la musique pour m’enrichir artistiquement humainement et émotionnellement … Je ne fais pas de la musique avec la peur au ventre qu’on me la vole, je fais de la musique pour la donner et la partager !

Tag(s) : #Blabla ...

Partager cet article

Repost 0